L’institution Suisse consacre à Goya l’une des plus importantes expositions jamais organisées hors d’Espagne. Francisco de Goya (1746-1828) fut à la fois l’un des derniers grands portraitistes dans la tradition de la peinture de cour européenne et l’inventeur d’images énigmatiques, conçues dans un espace de liberté artistique. Cette position ambivalente et contradictoire constitue le point de départ pour comprendre son art. Beaucoup de ses œuvres montrent le caractère insondable et complexe du comportement humain, menant irrémédiablement hors du cercle des conventions et des certitudes sociales.

Il s’agit d’un univers visuel où les objections morales sont mises en question. Goya puise dans l’iconographie traditionnelle, qui a cependant perdu, tout comme la morale, sa force d’obligation. L’exposition de la Fondation Beyeler a été guidée, dans le choix des œuvres et leur présentation, par la volonté de mettre en évidence la totalité complexe et ambiguë que constitue la production de Goya, à travers la profusion de ses peintures, de ses dessins, de ses gravures. Car c’est seulement en accordant la même importance et la même légitimité aux peintures et aux travaux sur papier que l’on appréhende la singularité du monde visuel de l’artiste. L’exposition réunit plus de soixante-dix tableaux de première importance, ainsi qu’une soixantaine de dessins de maître et une trentaine de gravures de choix. Des pièces issues de collections privées espagnoles seront présentées, certaines pour la première fois, en association avec des œuvres clés provenant des musées et des collections privées les plus renommés d’Europe et d’Amérique.

 

Acheter le magazine