Dans la logique des expositions consacrées aux collections privées, l’espace toulousain présente celle, tout à fait exceptionnelle, de la Fondation des Treilles, constituée par Anne Gruner Schlumberger (1905-1993) dans son domaine de Tourtour. La fondatrice mêlait avec éclectisme et talent le marbre des antiques au métal des hautes tiges
flexibles de Takis, l’art moderne le plus rare et l’art populaire le plus modeste, les lampadaires de Giacometti aux tables des réfectoires des couvents, les coffrets de mariage bourguignons aux papiers découpés des cubistes… Les œuvres d’artistes notoires voisinent ainsi avec celles de jeunes créateurs peu connus.

Tout comme Georges Bemberg, Anne Gruner Schlumberger ne concevait l’art que comme un « passage de relais » et cette volonté se traduit par le remarquable esprit d’ouverture de la collection, tournée non seulement vers l’Art européen mais également vers de plus lointains horizons, vers le présent comme vers des époques plus anciennes.

 

Acheter le magazine