Trop souvent oublié, le peintre franc-comtois a produit une œuvre complexe, entre modernité et académisme, dans la mouvance des artistes naturalistes attachés au quotidien, au monde ouvrier, au travail et à la ruralité.

L’histoire commence par un reflet rougeâtre, dispersé par des vaguelettes… Avec Impression, Soleil levant, Claude Monet réalise la première toile impressionniste à fleur d’eau dans l’avant-port du Havre. Ce tableau a fait beaucoup de vagues et même donné son nom au mouvement, né d’une rupture avec les courants existants et d’une volonté de réinventer la démarche de création. Ainsi, l’impressionnisme se construit par opposition à la peinture académique. Délaissant les thèmes historiques, mythologiques et l’orientalisme, ce nouveau courant porté notamment par Pissaro, Renoir, Monet s’intéresse à des sujets et des scènes du quotidien, en laissant s’exprimer les sensations ressenties en peignant. La lumière et les phénomènes climatiques, comme la neige, la pluie, les vagues, les joies et les peines des hommes et des femmes laissent des impressions fugaces que les impressionnistes veulent capturer et restituer sur la toile. Pour cela, ils quittent leur atelier pour peindre en plein-air. Des quartiers bourdonnants de Paris aux berges de la Seine et de l’Oise, de la Normandie à la Méditerranée en passant par la Creuse, les impressionnistes ont immortalisé des lieux alors préservés, témoignant à travers leurs toiles de scènes captivantes.


Dans les rues de Paris

Alors que le vieux Paris s’efface sous l’influence du baron Haussmann, Jongkind, Manet, Degas, Monet, Renoir, Pissarro se passionnent pour la ville et sa vie trépidante. De nouveaux motifs s’offrent à eux : boulevards, rues et ponts animés d’un mouvement incessant, jardins publics, halles et marchés sous le soleil ou le ciel gris, grands magasins et vitrines éclairées, gares, cafés, théâtres…, sans oublier les bals et soirées mondaines et les hauteurs de Montmartre… Leurs toiles captent l’atmosphère de Paris, modernisée par le baron Haussmann, comme Le Boulevard Montmartre, printemps de Pissarro ou La Rue de Paris, temps de pluie de Caillebotte, mais aussi la vie populaire des quartiers, comme Montmartre (Bal du Moulin de la Galette de Renoir). Monet peint ainsi les grands boulevards mais aussi la gare Saint-Lazare avec son immense nef de verre et de métal ou encore le quai du Louvre. Renoir immortalise également les grands boulevards mais aussi le Pont Neuf. 

En Île-de-France 

Peindre en plein air avec châssis entoilé et chevalet étant désormais possible avec l’apparition des couleurs en tubes au milieu du XIXème siècle, les impressionnistes répondent à l’appel de la nature et fuient la cité pour exercer leur talent. Les paysages d’Île-de-France leur fournissent bon de nombre de sujets pour exercer leur recherche picturale : le jeu de la lumière et des couleurs. Grâce à la première ligne de chemin de fer reliant Saint-Lazare à Saint-Germain-en-Laye, les bords de Seine s’animent, les guinguettes fleurissent et les loueurs de barques se transforment en canotiers. Attirés par cette agitation, les impressionnistes se retrouvent pour saisir ces instants de bonheur fugaces. La boucle de la Seine du côté de Chatou dans les Yvelines est ainsi une nouvelle source d’inspiration pour les impressionnistes. Les bords de Seine de Rueil-Malmaison à Louveciennes en passant par Bougival ou Port Marly sont les lieux de résidence de Claude Monet, Alfred Sisley, Berthe Morisot, Édouard Manet, Camille Pissarro qui arpentent l’île en quête de cette lumière mobile sur les eaux frémissantes de la rivière. Ils y peignent Le Pont de Bougival (Monet), Bords de seine (Morisot), Bateau à l’écluse de Bougival (Sisley)… Renoir quant à lui a peint une trentaine de toiles qui décrivent des scènes de canotage et de bal de la Belle époque dont le fameux Déjeuner des Canotiers en 1880. Séduit par les alentours de Fontainebleau, Alfred Sisley s’installe en 1889 à Moret-sur-Loing. Inspiré par ce cadre idyllique, il multiplie les œuvres : Pont de Moret, Pont par temps de pluie, Les Lavandières de Moret, Tournant du Loing. Sisley côtoie Pissarro, Renoir et Monet à Louveciennes. Située à proximité des bords de Seine, cette petite ville des Yvelines est immortalisée par les plus grands maîtres : Le Village de voisins de Pissarro, Route de Versailles de Renoir. Plus de cent tableaux de Monet, Sisley, Pissarro et Renoir représentent ainsi Louveciennes.

ACHETER