Tout va très bien… Vraiment ?

Alors que la saison artistique automnale des salons parisiens s’achève sur un bilan jugé – comme chaque année – tout à fait satisfaisant, que les ventes records se succèdent dans les salles de ventes, que le marché américain explose (+18% au premier semestre !), que l’investissement dans les œuvres d’art n’a jamais été aussi attractif en raison des taux bancaires quasi nuls, y aurait-il des raisons de s’inquiéter ? Peut-être… Cinq artistes (Jean-Michel Basquiat, Jeff Koons, Kaws, Christopher Wool et George Condo) représentent à eux seuls le quart du marché mondial. Selon le président d’Artprice, Thierry Ehrmann, « Si la demande ne désemplit pas pour les œuvres de qualité muséale, l’offre ne parvient plus à suivre le rythme en salles de ventes. Le Marché de l’Art tel qu’il s’est développé depuis 1975 a visiblement atteint ses limites structurelles ».

Au fond, peut-être s’agit-il d’une bonne nouvelle. Si on arrêtait de considérer l’art uniquement comme un placement mais avant tout comme un plaisir, en s’intéressant de nouveau  aux artistes et à leur travail avant leur cote ? Une idée qui vaut la peine… Après tout, que l’on se penche sur la vie et l’œuvre des maîtres tels que Monet, Renoir, Cross, Chagall, Dufy, Boucher… ou celles d’artistes contemporains comme Maurice Douard, Paul Day, Bénédicte Dussère, Emmanuel Gatti, Pierre & Gilles… tous ont en commun la passion de leur art, qu’il s’agisse de peinture, de sculpture, de gravure. À nous, en tant que spectateurs, de prendre plaisir à regarder leurs œuvres, dans les musées, les galeries, les salons… Un beau cadeau pour les fêtes et une bien jolie manière de commencer la nouvelle année.